La Brume

Compagnie Le Petit Théâtre Dakoté

Venue d’un pays où toute forme de distraction collective est prohibée, une femme, Vahya Kondhios, a imaginé une toute nouvelle forme d’art populaire : le Traumszpiel (jeu de songes) ; un récit fantastique se racontant en musique dans le secret et l’obscurité d’une cave.

L’action de La Brume se déroule loin, très loin à l’Est où d’étranges disparitions mettent en émoi la province oubliée de Chmynsk.

JPEG - 117.9 ko
La Brume – première époque

Christophe Bihel, metteur en scène et comédien

Le Petit Théâre Dakoté

La Compagnie a été fondée à Hérisson au début des années 2000, par Agnieszka (Kolosowska-Bihel) et moi-même. Avant d’arriver ici, nous avions travaillé quelques années dans un Théâtre d’État en Pologne juste après la Chute du Mur, et nous sommes arrivés ici un peu par hasard. Nous avons travaillé pendant 10 ans avec le Footsbarn Théâtre, et suite à cette expérience, nous avons décidé de fonder notre propre compagnie. Pour faire autre chose, autrement.

On a commencé très très vite, à vouloir jouer dans des lieux atypiques, dans des fermes, dans des forêts, dans des jardins, et les gens des villes ont commencé à nous faire confiance. On a commencé à jouer dans des théâtres mais aussi dans des hangars, des caves, dans plein d’endroits, c’est une chose qu’on aime faire, énormément.

Au cours de notre aventure de compagnie, on a eu une collaboration absolument marquante avec la Compagnie de l’Oiseau Mouche à Roubaix, où tous les comédiens sont en situation d’handicap mental. Pour eux, on a mis en scène 2 spectacles jeune public, et on a tourné pendant près de 5 - 6 ans avec eux. Ça a été une aventure fondamentale, qui a remis en question la façon de voir le théâtre.

La Brume

Depuis qu’on est ados, on est absolument passionnés d’histoires fantastiques et de science-fiction, c’est un genre qui est très très peu montré au théâtre. Dans la compagnie, on est plutôt des raconteurs d’histoires, c’est ce qui nous définit vraiment et c’est ce qu’on aime vraiment.

Il y a 4 ans, on a initié un cycle d’histoires fantastiques, la première histoire s’appelait Le Ballon. On le jouait dans la forêt, dans une clairière la nuit, c’est une histoire qui fait très peur, une histoire inspirée des légendes urbaines, vous savez, La Dame Blanche, La Mort Rouge, toutes ces choses que les gens racontent, et on ne sait pas si c’est vrai ou pas.

Cette histoire s’est très très bien passée et on a eu envie de poursuivre ce cycle, et je me suis à écrire une histoire fantastique, qui s’appelle La Brume.

Cette histoire n’était absolument pas du théâtre, c’était presque comme une nouvelle. Il y avait quelques parties dialoguées, je ne savais pas très bien quoi faire et avec Agniezka, on a réfléchi et on s’est souvenu de l’émission d’Orson Wels lorsqu’il a enregistré en 1938 La Guerre des Mondes, et a avait provoqué une (soi-disant) panique (ça aussi c’est une légende urbaine) dans tous les États-Unis.

Dans ce projet, on va convier les spectateurs à l’enregistrement d’une fiction radiophonique. On va écrire en direct une bande-dessinée sonore, comme un conte musical d’aujourd’hui, on a envie d’inviter les spectateurs dans notre univers, les plonger dans la pénombre, les prendre par la main pour les amener au-delà du réel.

L’histoire sera mise en voix, en bruit et en musique, l’enregistrement sera mis en scène mais très délicatement, on ne souhaite pas sortir la grosse artillerie.

Chaque représentation sera enregistrée puisque c’est de la radio, il pourra être diffusée en direct par une radio locale. On est en train de voir avec France Bleu Auvergne si la chose peut être possible, mais on a bon espoir.

La Brume, c’est ce qu’on appelle dans le langage d’à côté un Traumszpiel, un jeu de songe. Et le Traumszpiel, c’est un art populaire né dans une lointaine dictature où toute forme de distraction collective est interdite. Et parce qu’on ne peut pas vivre sans se divertir, les gens se retrouvent dans le secret d’une cave. Et ils passent des nuits à se raconter des histoires fantastiques qu’ils inventent.

Donc La Brume serait une transcription française du tout premier Traumszpiel jamais inventé.

L’histoire

L’action se déroule très loin à l’Est, dans un Caucase imaginaire où une série d’étranges disparitions mettent en moi toute la province de Minsk.
Notre Traumszpiel étant essentiellement un art sonore, on va distribuer des masques de sommeil comme dans les avions, ils auront le choix pendant la représentation de nous regarder ou non. De toute façon ils entendront.

Le son

Pour nous accompagner dans cette aventure sonore, nous avons demandé à François Leymarie, qui compose les musiques et qui conçoit les bandes-son de Joël Pommerat depuis près de 20 an, de nous accompagner dans cette aventure. Et il a très gentiment accepté de faire la chose. On sera 3 conteurs et deux musiciens.

En 2014, on a testé le texte auprès de lycéens à Yzeure, c’était les prémisses du projet, on en a enregistré un petit extrait.

La production

La production est bouclée mais nous sommes en recherche de pré-achat, de partenaires, ainsi que de résidences longues pour développer notre théâtre tout-terrain, tout public. La création aura lieu le 5 janvier à Aurillac jusqu’au 13 janvier

Distribution

  • Texte et mise en voix, scénographie : Christophe Bihel
  • Bande originale : Sébastien Simon, Jérémy Ravoux
  • Emballage sonore : François Leymarie
  • Création lumières : Michel Druez
  • Collaboration artistique : Laure Guilhot
  • Avec : Agnieszka Kolosowska-Bihel, Dominique Terramorsi, Mathieu Dion, Sébastien Simon, Jérémy Ravoux, Christophe Bihel
Haut de page