Petit Chaos

Compagnie de l’Echelle

Théâtre sans paroles, Marionnettes / Tout public à partir de 9 ans

Au début, avec un peu de chance on nait sous la forme d’un bébé avec tout ce qu’il faut : des membres supérieurs et inférieurs, une tête… Tout le monde est content. Sauf que très peu de temps après, ça ne suffit plus ! En plus, on doit être intelligent. Beau même ! Pire encore : arrive l’étape où l’on doit être le meilleur…Et ça ne s’arrête pas là !

Mais il existe un spectacle qui donne quelques recettes pour contourner les mécanismes de notre univers. Un spectacle où tout est permis ! La tricherie, la procrastination, avec les délicieuses et méchantes machines de scène de Nino… On peut même recommencer sa vie si nécessaire … !

PNG - 2.2 Mo
Petit Chaos / Compagnie de l’Echelle

Bettina Vielhaber, comédienne marionnettiste

Présentation de la Compagnie de l’Échelle

Nous sommes une compagnie ayant porté 11 créations, notre univers de théâtre évolue entre la toute petite enfance, le très jeune public, et le tout public Nous sommes plutôt une compagnie de rue tout en étant une compagnie de marionnettes dans un grand théâtre mécanique.

Présentation de la mise en scène

Caroline Bergeron, née au Canada, a travaillé comme co-directrice artistique du Tof Théâtre en Belgique, et depuis 2009, elle travaille au Portugal où elle a créé sa compagnie, Caotica. Elle a fait la mise en scène du spectacle Sous le Nuage Noir qui a beaucoup tourné en France, et c’est elle qui est venue vers nous proposer de monter un spectacle ensemble, le projet Petit Chaos.

C’est un spectacle de marionnettes avec des machines, des objets animés mécaniques et des jeux d’acteur. C’est un spectacle sans paroles pour un public familial à partir de 8 ans, une jauge de 80 personnes, pour une durée de 50 minutes.
La première aura lieu le 18 avril 2017, au Théâtre Le Périscope à Nîmes.

L’histoire

L’histoire, c’est celle d’un personnage qui a une particularité : il ne veut pas être le plus grand, il ne veut pas être le plus fort ni le meilleur, et il fait face à une société qui veut que nous soyons les plus beaux, les plus intelligents et les plus compétitifs.

On a choisi de vous montrer une tranche de sa vie qui va de sa naissance, à ses premiers pas d’adultes. On pourra expliquer la difficulté de rester soi-même face à une société qui est plein de références et de modèles.

La scénographie

Elle a été réfléchie autour d’une table de 4m de longueur et de 80 cm de largeur, deux acteurs se trouvent aux extrémités et se font face, et le public est en vis-à-vis.

Il y a 3 protagonistes, 2 comédiens et 1 marionnette. Parmi les rôles des comédiens, il y aura la sage-femme, la conseillère, l’infirmière, et la maman ; de l’autre côté, il y aura le machiniste qui est le garant du bon fonctionnement de la société et de ses règles. Il a des machines pour tester la bonne orientation du personnage durant tout le cours de sa vie, sans avoir vraiment d’états d’âme.

La marionnette

Elle représentera un petit bonhomme, imaginée comme un baigneur, qui va naître du centre de la table. Au fur et à mesure qu’il grandira, on imagine une marionnette de table, et ensuite une marionnette beaucoup plus petite, car il s’aperçoit que le monde autour de lui grandit démesurément.

La Cité

Elle va se situer juste au-dessus de la table, ce sera une espèce de grand 8 de fête foraine dans lequel des billes circuleront et qui vont déclencher des petits mécanismes des cliquetis, qui vont montrer le bon fonctionnement de la Cité.

Il y aura aussi dans cette petite Cité, quelques maisons, quelques lieux de vie de la marionnette, et au-dessus se trouvera une horloge qui va indiquer les étapes de sa vie, une horloge qui avance inexorablement.

Les machines

Le machiniste a des machines pour vérifier la conformité du personnage dans l’évolution de sa vie au catalogue des modèles. On est dans l’esprit de Brazil de Terry Gilliam, et même temps des Temps Modernes de Chaplin.
En dehors du catalogue, on peut imaginer aussi d’autres manières de comparer notre petit sujet, soit avec des marionnettes plates, soit avec des spectateurs...
Le public sera très proche, et pourra voir toutes les installations de la table, alors forcément, on va agir là-dessus...

Dans notre histoire, le personnage essaye de contourner la machine, de jouer avec, pour passer ses épreuves tout en restant lui-même, c’est ça le but. Mais son parcours va être difficile, car la machine, est bien huilée. Alors serons-nous obligés de l’aider par un tout petit dérèglement de la machine ?

On essaye de monter un spectacle indépendant techniquement de l’équipement de la salle, notamment les lumières et les sons qu’on souhaite intégrerg directement dans notre structure qu’on va manipuler à vue.

La production

Nos soutiens en résidences :

  • janvier 2017 : L’Excelsior (Allones)
  • février : Créam-Centre régional des arts de la marionnette (Dives-sur-Mer)
  • mars : Vélo Théâtre (Apte)
  • avril : Le Périscope (Nïmes)
  • 18 avril : sortie de création Le Périscope

En termes de diffusion, 15 pré-achats en France :

  • Théâtre Jean VIlar (Montpellier),
  • Festival Marmailles (Rennes),
  • L’Excelsior (Allones),
  • Festival Récidives (Dives-sur-Mer)

10 pré-achats au Portugal :

  • FIMP - Festival international de marionnettes (Porto)
  • Théâtre São Luiz (Lisbonne)

Maud Paschal, Théâtre du Périscope (Nîmes)

Ma rencontre avec la Compagnie de l’Échelle, elle s’est passée sur le spectacle Les Grands-mères ne sont pas des Anges, avec un univers très marqué par la facture de très grande qualité des machines. Elles ont quelque-chose d’assez fantastique dans leur fonctionnement, un travail particulièrement bluffant. Il y a une part d’univers assez rétro, un peu années 50, un charme désuet qui me touche dans ces projets.

Ce qui m’intéresse dans les projets de la compagnie, et qui prend tout son sens sur celui-ci par rapport au dispositif Massif central, c’est d’une part cette volonté d’être autonome techniquement et être dans des formes assez légères, qui permet effectivement à tous de pouvoir le distribuer, et d’autre part, dans son intention.

Ce qui m’intéresse dans ce projet, c’est aussi qu’on essaye de trouver des passerelles entre le jeune public et le tout public. C’est une compagnie qui a beaucoup travaillé dans le jeune public, mais là c’est vraiment un projet qui permet un spectacle familial où il n’y a pas de distinction de public, il y a vraiment un intérêt pour les familles à se déplacer ensemble au spectacle.

Sur la question du propos, la question du conformisme, de l’anticonformisme et de la manipulation, comment aujourd’hui on arrive à avoir un regard critique, comment on éduque les enfants ; ce sont des questions qui m’intéressent au premier chef, et je pense que le lieu du théâtre peut être aussi pertinent sur ce type de questionnement, c’est aussi pour ça que j’ai envie de m’appuyer sur ce spectacle.

Ce que je trouve intéressant aussi, c’est leur envie de prendre des risques. Ça fait très longtemps qu’ils travaillent, et leur envie de s’ouvrir avec un autre partenaire de grande qualité, en l’occurrence Caroline Bergeron.

Il y a beaucoup d’éléments très engageants pour cette production, qui manque effectivement un peu de soutien financier...

Distribution

  • Comédien marionnettiste : Alain Richet
  • Comédienne marionnettiste : Bettina Vielhaber
  • Technicien / Comédien : Boualeme Bengueddach
  • Metteur en Scène : Caroline Bergeron
Haut de page